Visiter la galerie photo Visiter la galerie photo  
 
ACTUALITÉS

Fête de l’abeille noire

Agenda

Dernières nouvelles

Inscription à la Newsletter

Archives

  DERNIÈRES NOUVELLES

N° 20 - JUILLET 2014
 
 
Chère toutes, chers tous,

Quand nous avons il y a quelques années, appuyé sur la touche "envoi" de la toute première "Gazette de l'arbre aux abeilles", nous n'avions aucune idée, de ce que serait ce vingtième opuscule.

A l'époque, nous avions réuni une centaine d'émail, de nos connaissances et de nos ami(e)s, à qui nous avions plus ou moins forcé la main pour devenir nos premiers lecteurs.

Quel étonnement, quelques 19 numéros et 5 années plus tard de retrouver cette centaine d'amis fidèles au poste, accompagnée de plus de 1000 nouveaux abonnés, qui sont venus spontanément nous retrouver autour de l'abeille noire et des ruches troncs cévenoles, et de voir que le site reçoit chaque jour plusieurs centaines de visiteurs d'Europe et d'ailleurs.

Si nous manquions un jour de motivation, voilà bien plus de 1000 raisons de continuer notre action.

Votre présence et votre soutien nous est précieux et toute l'équipe se joint à moi pour vous transmettre un tout grand merci.

Par un heureux hasard et comme vous avez pu peut être vous en apercevoir sur la page d'accueil du site, notre association organise cette année, les 8 et 9 novembre 2014, une grande fête.

 
 
 
La Fête de l'Abeille noire et des gastronomies traditionnelles et innovantes

Pour nous c'est un peu comme une consécration, même si au regard du programme, l'abeille noire et les ruches troncs ne sont pas omniprésentes.

L'abeille, animal volant, vit de tout ce qui l'entoure et des diverses formes d'agriculture qui modèlent son cadre de vie. Même les montagnes préservées des Cévennes ne sont pas épargnées. Ce ne sont pas les pesticides qui sont en cause, mais l'arrivée d'un parasite du châtaignier, lui-même lié à l'importation de matériau biologique. Ça vous rappelle peut-être l'histoire du varroa?

Tout cela est dû à la même avidité, la même gourmandise inconsciente des risques encourus.

Notre réponse à cette évolution lamentable, autour de l'abeille noire et d'un écosystème en péril, est de célébrer les savoir-faire agricoles respectueux du vivant et porteurs d'avenir.

Face à une agriculture de masse, indigne pour les animaux, pour les végétaux, pour ceux qui la produisent et pour ceux qui la consomment, nous plaçons la poésie de l'aliment et la gastronomie au cœur de notre action et de notre philosophie.

Du plus toqué des grands chefs de cuisine, au plus simple dégustateur d'une tomate crue, il est évident que le plaisir gustatif tient essentiellement à la qualité du produit. Vous pouvez affubler une omelette de n'importe quel nom à rallonge de "coulis finement broyé dans son écrin de verdure"… si l'œuf n'est pas bon l'omelette ne sera pas bonne.

Mais comment avoir un bon produit?

Les moins informés diront qu'il faut aller l'acheter dans une épicerie fine. Ce n'est pas forcément une mauvaise réponse. Mais plus fondamentalement un bon produit a été produit par un agriculteur courageux qui a préféré la qualité de son rapport à la terre et à la nature, à la quantité produite. Un agriculteur qui aura su donner à ses bêtes et à sa terre la meilleure des nourritures et le meilleur de son temps.

Ce n'est pas facile, c'est même très dur, de ne pas répondre au chant des sirènes du toujours plus et de l'argent soit disant facile. Nous ne pouvons pas jeter la pierre à ceux qui y sont sensibles, bien souvent à leurs dépens.

En revanche, nous avons envie de rendre hommage à travers cette fête à ceux qui travaillent dans cette exigence de respect. Il n'y a de rapport raisonné à la nature que par eux. Il ne peut y avoir d'avenir pour notre humanité que par eux et par leur exemple. Ainsi que nous l'explique Giono dans sa sublime «Lettre aux paysans» de 1938. Purement prophétique.

Ce sont ces gens, leur courage et leurs produits que nous voulons fêter.

Au niveau du travail quotidien de notre association c'est ce que nous faisons. Promouvoir ce modèle d'apiculture et ces abeilles noires, c'est promouvoir un certain rapport de respect à la nature, aux animaux et à leur biologie. Non parce que c'est à la mode, mais parce que de la qualité de ce que nous produisons découle la qualité de notre vie.

C'est beaucoup plus évident et concret qu'il n'y paraît.

Nous ne pouvons que vous inviter à venir rencontrer ces agriculteurs. Venez goûter ce qu'ils élaborent autour des abeilles noires, des ruches troncs et de la châtaigneraie : miels, hydromels, produits de la châtaigne, vins naturels et cépages oubliés, fromages de chèvre, charcuteries,… Vous trouverez le programme qui s'enrichit de jour en jour sur notre site.

Pour les plus motivés d'entre vous n'hésitez pas à faire circuler l'information et à diffuser le plus largement possible le dossier de presse de la fête. Ce sera votre succès autant que le nôtre.


 
 


Mais ce n'est pas tout…

Nous avons toujours plus d'un fer sur le feu. Notre action continue autour de journées de restauration du rucher de Saint Maurice-de-Ventalon et d'autres endroits sublimes des Cévennes. Grâce au soutien de nos amis, responsables publics ou mécènes privés, et surtout aussi à la motivation de ceux qui viennent parfois de bien loin, apiculteurs ou non apiculteurs, pour donner un coup de main, les chantiers avancent grandement. Ces journées de rencontres font des ricochets, des liens se créent, d'autres actions se dessinent. Dans un ordre spontané comme celui qui règne dans nos colonies d'abeilles.

Dans l'idée de protéger l'abeille noire et le monde des insectes nous continuons nos recherches visant l'élimination du frelon asiatique de nos territoires. Cette année est riche en progressions. Nous nous sommes ce printemps, rapprochés de l'association Pollinis, en premier lieu pour développer un prototype innovant de lutte contre ce frelon qui perturbe et détruit nos colonies et pas mal d'autres insectes. Dans une très prochaine newsletter, Jérémie Laurent et François Espinet, élèves ingénieurs, vous parleront des avancés de ce projet qu'ils ont démarré à l'école polytechnique.

Voilà les urgences les plus urgentes. Vous êtes fidèles au poste, nous aussi. Il y a de quoi se réjouir.

Aussi, nous espérons vous retrouvez bientôt "dans la vraie vie" au coin d'une rue du Pont-de-Montvert ou ailleurs pour fêter d'une façon ou d'une autre l'abeille noire, les paysages et les ruches où il fait bon vivre pour l'abeille.

Bien à tous et à toutes

L'équipe de rédaction